La généalogie rend-elle fou ?

Publié le par Sophie BOUDAREL

068.jpg  C'est la question que je me pose de plus en plus suite à une joute verbale entre deux généalogistes sur le forum fr.rec.genealogie. A partir d'une simple question concernant le fonctionnement de Geneanet, la discussion a vite tournée en un échange de noms d'oiseaux.

Avant l'explosion de la bulle internet, le généalogiste travaillait dans son coin, écumait les salles d'archives, dépensait son argent de poche en timbres pour les courriers aux mairies et assistait avidement à chaque réunion de l'association généalogique et historique de sa ville. Tout cela en rêvant du jour où, grâce aux progrès de la technologie, il pourrait diffuser plus largement ses travaux et se trouver des dizaines voire des milliers de cousins.

Ce jour est arrivé et à quoi assistons-nous maintenant ?

Avant le web, il y avait le Minitel. Les associations, pour s'assurer une rentrée d'argent autre que les côtisations, vendaient via le Minitel les dépouillements réalisés par leurs adhérents. Il existait déjà des grincheux face à ce procédé, mais en règle générale, personne n'y trouvait à redire. Et puis Internet est arrivé annonçant la mort du petit cheval Minitel. Des passionnés ont créé leur site personnel, mettant en ligne les dépouillements qu'ils avaient effectués au cours de leurs années de recherche et ce, gratuitement. D'autres passionnés, peut-être un peu visionnaires, ont décidé de créer des bases d'échanges, au départ entièrement gratuites et d'autres, payantes.
Les associations se sont alors tournées vers ces bases, pour continuer à assurer des rentrées financières, jusqu'àlors en provenance, notamment, du Minitel.

Là ou le bas blesse, c'est que premièrement pour une majorité de personnes, Internet = Gratuité et deuxièmement, pour certains (voire certaines associations) l'appel du gain est le plus fort. Il en résulte un conflit entre les utilisateurs des bases de données et les diffuseurs des dites bases.

Il faut bien comprendre, qu'une société comme Geneanet, dont
le principe est la gratuité du service a des frais de fonctionnements. Il lui faut alors trouver des financements, tout comme le font les associations. Ainsi parmi les données proposées, certaines, la majorité, sont gratuites. Il s'agit des données déposées par les généalogistes. D'autres sont payantes. Il s'agit de celles diffusées en partenariat avec, entre autres, un cabinet de généalogistes professionnels. On peut être d'accord ou pas avec ce choix, mais avant d'accuser qui que ce soit de mercantilisme, il est important de SE demander si nous sommes prêts à payer pour utiliser des données généalogiques sur Internet sans être surs que la réponse que l'on obtiendra sera satisfaisante.
Lorsque vous achetez un livre sur Internet parce que le résumé vous a plu, mais que finalement, la lecture vous a déçu(e), attaquez-vous le site pour publicité mensongère ?

Ces transactions ont une part d'inconnu qu'il faut savoir accepter si l'on a pris la décision d'acheter les données proposées.

Pour conclure, rappelez-vous que la généalogie est source d'échanges et d'entraides. Ce qui veut dire que si l'on est pas d'accord avec ce qu'une personne écrit ou dit, il sera toujours plus instructif de répondre en argumentant plutôt qu'en insultant, même si cela se fait sous couvert d'humour gras.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article

Aigle bavard 07/09/2007 13:25

Je crois que c'est juste un manque d'information sur le site de Geneanet.Et encore, pas tout à fait puisque l'information existe : il s'agit simplement d'une erreur d'appréciation sur le niveau d'évidence à accorder à cette information.Un simple problème de communication.Je pense qu'en étant mieux informé visuellement ("attention, certaines ressources externes sont payantes"), tout serait plus clair et il n'y aurait pas râleries.

Sophie BOUDAREL 07/09/2007 13:56

Bonjour Aigle Bavard,Je vous rejoins sur ce point.Etant abonnée privilège à Geneanet, je sais immédiatement si l'information est payante ou non grâce à une colonne supplémentaire : Type. En accès normal, cette information n'est pas communiquée dès la page de résultat mais sur la seconde page et il faut être attentif à la description du service. Par exemple, dans le cas des données SWIC, il est écrit : "Ce service comprend une partie libre d'accès et une partie réservée aux abonnés du service." A aucun moment, il n'est clairement écrit qu'il faut payer pour s'abonner au service.Tout comme vous, je trouve cela dommage, car cela entache quelque peu la notion de gratuité que prône Geneanet.Toutefois, et là est le but de cette note d'humeur, je ne pense pas qu'il soit nécessaire de hurler au loup comme l'a fait la personne concernée, ni de partir sur une telle surenchère. Ca ne fait en aucun cas avancer le schmilblick. Geneanet fait une fois une fois par an un sondage pour connaître l'utilisation que nous faisons de ses services et nous demander notre avis sur des évolutions souhaitées. Peu de sociétés ont cette démarche, alors profitons de cette tribune qui nous est offerte.