Les hasards de la généalogie

Publié le par Sophie BOUDAREL

cpa-0001r-75-paris-rue-basfroi-prise-rue-de-charonne.jpg Le sous-titre couramment donné à la généalogie est "Tous cousins !". Pourquoi ?
Sachant que le nombre de vos ancêtres est multiplié par 2 chaque fois que vous avancez d'une génération, vous devriez avoir, en suivant ce raisonnement,
2 147 483 648 nés en 1200 alors que la population dans les limites actuelles de la France se montait à l'époque à environ 20 millions d'habitants (source Wikipedia). La différence entre le nombre théorique et le nombre réel d'ancêtres, s'expliquent par des mariages entre personnes d'une même famille.
Il est donc fort probable que vous trouviez un cousinage, certes lointain, avec votre mari, ou votre épouse.

En ce qui me concerne ce n'est pas encore le cas. Toutefois, en lisant l'acte de décès de l'arrière-grand-père de mon époux, je note qu'il habitait rue de Charonne, à Paris, dans le XIe arrondissement. Cette rue de Charonne me parlait mais je ne savais pas trop pourquoi.
Ayant moi-même mes arrière-grand-parents qui ont vécu à Paris, je reprends leurs adresses successives et bingo !

Jean Baptiste QUEVRAIN a habité rue de Charonne, au numéro 118, entre 1884 et 1907. Mon arrière-grand-père, Louis SIMARD a habité successivement au numéro 10 de la rue Godefroy Cavaignac, puis au numéro 28 de la rue Basfroi, entre 1904 et 1926.

Sur le plan ci-dessous, vous pouvez voir que ces 3 adresses sont assez proches l'une de l'autre.

Plan-Paris-XI.JPG
Source Maporama


Socialement, je ne pense pas qu'ils fréquentaient les mêmes lieux. Jean Baptiste QUEVRAIN était chef d'institution, alors que Louis SIMARD enchaînait les petits boulots, voire les petites rapines.

Quoiqu'il en soit, serait-ce fou de penser qu'un jour, ils aient pu se croiser, sans se douter que le hasard ferait se rapprocher leurs deux familles ?


Illustration : La rue Basfroi prise de la rue de Charonne, Paris XI

Publié dans Chroniques

Commenter cet article