Accès payant aux archives

Publié le par Sophie BOUDAREL

bourse.jpg   Deux affaires agitent actuellement le monde généalogiques. Ces deux affaires concernent les conditions de consultations des archives qu'elles soient en ligne ou non.

Commençons par la mise en ligne des archives de l'Hérault. D'ici le mois de décembre 2007, 3 millions d'images numérisées seront consultables. Il s'agit des registres paroissiaux, d'état civil, des plans cadastraux Napoléoniens et des registres notariés de l'évéché de Montpellier.
Selon l'édition du 24 septembre 2007 du Midi-Libre, l'accès aux images sera de 2 euros par jour ou de 15 euros pour une période de 10 jours.

Je rappelle que les Archives Départementales de Savoie ont également un tarif journalier de 2 euros.

Il est évident qu'un tarif journalier de 2 euros est plus intéressant que le coût d'un déplacement pour une personne n'habitant pas sur place. De plus, l'entraide généalogique est une autre possibilité, qui plus est gratuite (en dehors d'un éventuel frais de photocopie et de timbres pour l'envoi du document).

Le deuxième point concerne le Service Historique de la Défense à Vincennes. Suite à un
arrêté ministériel datant du 22 août 2006, il sera maintenant demandé une somme de 5 euros pour chaque cote photographiée, quelque soit le nombre de photos prises.
Ainsi si vous demandez 3 cotes, que vous preniez tous les documents présents dans ces cotes en photo ou un seul, il vous en coûtera 15 euros. 
Cette disposition ne pénalise pas seulement le généalogiste amateur mais aussi et surtout les chercheurs et étudiants qui doivent travailler sur nombre de documents.

Que penser de cette tarification restreignant l'accès à nos archives ? Où est l'égalité de chaque citoyen de pouvoir consulter et connaître son histoire ? Et surtout qu'en est-il de la demande de Monsieur le Président de la République faite à Mme le ministre de la Culture, Christine ALBANEL, dans sa
lettre de mission :

"Quant à la révolution numérique, elle doit être l'occasion de conduire un public toujours plus nombreux vers le patrimoine culturel français et de langue française, et vers la création contemporaine. L'Etat peut l'encourager par la MISE A DISPOSITION GRATUITE, SUR INTERNET, du PATRIMOINE PUBLIC OU FINANCE PAR DES FONDS PUBLICS, et par l'incitation à la diffusion numérique croissante de contenus culturels privilégiant des solutions innovantes, interactives et éducatives"


Vous avez les moyens de vous faire entendre :
- Envoyez cette lettre à votre député
- Postez ce texte sur le site mis en place par la Commission des Lois de l'Assemblée Nationale
- Contactez votre association
- ....

Les archives constituent notre histoire, préservons les de toutes formes de mercantilisme.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article

lucien 24/10/2007 22:44

réponse des élus Héraultais: journal Midi-Libre du 23 Octobre 2007 éd. de Montpellier http://www.midilibre.com/actuv2/article.php?num=1193079186&herault forum de discussion sur ce sujet http://ad34webgratuit.free.fr/forum