Tour de France

Publié le par Sophie BOUDAREL

0042-18480417-ECN-2-2-76-Saint-Leger-aux-Bois.JPG La généalogie est toujours source de surprise, telle celle que j'ai eu cette semaine en recevant un acte de naissance. 
Je croyais la famille de mon mari bien installée en Rhône-Alpes, avec quelques expatriés sur Paris, jusqu'à François Théodore LAVENANT. Décédé à Paris en 1911, François est originaire de Seine-Maritime, un village de 500 âmes nommé Saint-Léger-aux-Bois, dans l'arrondissement de Dieppe.

Son acte de naissance nous apprend que ses parents, Pierre François Théodore LAVENANT et Marie Madeleine Césarine CROIZE, s'y sont mariés en 1846, et que Pierre François était ouvrier verrier.

vallee-localisation2.gifSaint-Léger-aux-Bois se trouve dans la vallée de la Bresle. La vallée de la Bresle est connue pour son activité verrière présente depuis le Moyen Âge ; les premières mentions qui en font état remontent à 1402 à Saint-Martin-au-Bosc. À l'origine, les verreries se localisaient en lisière de la forêt d'Eu qui assurait l'alimentation en bois nécessaire pour le chauffage des fours et en fougères dont les cendres fournissaient la potasse indispensable à la fusion du sable extrait dans la Bresle.
Au XIXème, le flaconnage pour la parfumerie et la cosmétique devient la spécialité de la Vallée. Le chemin de fer achemine le charbon qui remplace le bois pour chauffer les fours. Les verreries s'installent donc près de la voie ferrée qui longe la rivière Bresle. De nouveaux débouchés s'ouvrent, la physique, la chimie, la pharmacie et surtout le flaconnage pour la parfumerie et la cosmétique. 

Le tour de france des ancêtres continue et ouvre encore une perspective de recherches passionnantes sur l'univers des verriers.


Source : 
Pôle verrier de la vallée de la Bresle

Publié dans Chroniques

Commenter cet article