Etymologie du nom DIEMOZ

Publié le par Sophie BOUDAREL

J'ai reçu aujourd'hui un courriel au sujet de l'article "Diémoz en France".

L'auteur me fait suivre un courriel reçu d'un ami qui tient à signaler une erreur concernant l'interprétation du nom "Diémoz". Je publie donc ici en intégralité son message :

"Ce que je trouve formidable dans le site que tu m'as gentiment signalé, c'est la patience qu'il faut pour une telle réalisation esthétique. Cela c'est pour la forme, car pour le fond je n'ai pas changé d'avis. Surtout pour ce qui concerne l'origine du nom de Diémoz. Déjà là il y a un problème, parler de decinum pour 10, et encore plus de duodecinum pour 12, c'est une parfaite méconnaissance du latin. En français on dit décime pour 10, ce qui en latin d'origine est (toujours) Decimus ou Decimum. Ce que je comprends pas, c'est qu'une erreur pareille passe aussi facilement. Parce que, et en plus cela devient déjà ridicule de traduire Diémoz depuis decinum... Mais là ne me semble toujours pas venir une explication de Diémoz depuis duodecimun voir Dodecimum. Le terme de Duodecimum (avec un M) a bien existé, qu'il représente la 12ième borne milliaire soit, il n'y a pas à y revenir. Mais sous prétexte que des écrits d'André Devaux, qui s'étant penché (en 1892) sur les écrits relatifs au transfert du corps de St Eudère, décrits par St Adon, décide que les formes de Dueymo, Duesmo, et Duelmo déclinent de DUODECINUM (toujours ce N hérétique) qui sera propagé malheureusement dans l'histoire du nom de Diémoz.
Question ? Que doit-on faire de ce village dans le département du Rhône, à la hauteur d'Amplepuis, sur la D106 (voir photo). Est-ce que la romains y ont installé une douzième borne milliaire ? Certainement pas, quand on sait où est situé ce village rural, de quelques 50 âmes, on ne rève plus. La racine de Diémoz est à chercher plus loin, et pas forcément dans le latin (issu de du chiffre 12)... Sauf si on accepte de lire dans l'abréviation DIM, non pas 499 qui ne semble s'accorder avec pas grand'chose de commun, mais peut-être "Dea inviolata mons" (Déesse inviolée sur la colline), où l'établissement installé avant la maison de repos à savoir du temps des romains (sur la colline), jouerait un rôle dans l'installation du raccourci DIM prononcé Diem...
Outre Dième dans le Rhône, il y a aussi en Alsace (Bossue) le village (une ville) de Diemeringen (littéralement : des dieme luttent), j'avais consulté un historien sur place qui pour explication sur dieme, qui compose le nom de diemerigen, y trouvait une explication dans la fabrication de poterie où cet endroit de l'alsace est riche d'argile (Générale de poteries d'Alsace : GPA). y aurait-il eu à Diémoz une carrière d'argile ? Les foisonnements sont nombreux, et nous laissent très perplexes...
Mais que les patoisants se lèvent, qu'on les écoutent prononcer en franco provençal Dième, si on accepte que ce nom n'est pas conforme à la définition qu'on lui applique. En francoprovençal, Dième prononcé en patois est plutôt entendu comme DiEMmo, avec l'accent tonique sur le "diE" le "m" est un peu traîné comme s'ils étaient plusieurs le "O" formant la plupart des terminaisons des nom patois (Falco pour faucon, coindo pour coindre, barroz pour barre...), puis arrive, avec les haut- savoyards le "Z" censé renforcer l'antépénultième syllabe, et qui a pour conséquence de remettre à plat le son tonique : diEMMo avant, Diémoz après. C'est complètement vrai pour Barroz, Falcoz, Coindoz... Mais je le redis, le site est vraiment bien construit, dommage que l'on y perpétue une erreur aussi grossière et de mauvaise popularité. Tu ne m'en voudras pas j'espère, je t'ai dit simplement ma façon de penser, et non pas te donner un quelconque cours sur ton village"







Voilà qui est donc corrigé ! Si vous avez, vous-aussi, des informations complémentaires, n'hésitez pas à m'en faire part.

Publié dans Histoire Locale

Commenter cet article