Diémoz : les écoles du village

Publié le par Sophie BOUDAREL

La vie d'un village suivait bien souvent le rythme de la nature. Par exemple les enfants étaient envoyés à l'école si leur aide n'était pas requise aux champs.




Les écoles d’hier

Jusqu’à la Révolution Française, la plupart des habitants des campagnes étaient illettrés. Seuls les hommes de loi, certains seigneurs et les ecclésiastiques avaient le privilège de l’instruction. L’étude des baptêmes, mariages et sépultures montrent que moins de 20% des témoins des actes religieux savaient signer en cette fin de 18ème siècle.

Les idées nouvelles de 1789 éveillèrent les esprits. Très vite, les nouveaux dirigeants comprirent l’utilité de l’instruction, ils s’évertuèrent à recruter des maîtres d’écoles et chercher des locaux pour les loger et accueillir les élèves.

La loi Guizot en 1833 organisa et réglementa l’enseignement primaire, les maîtres brevetés étaient nommés par les préfets. Le 1er juin 1878, une loi obligeait chaque commune à acquérir ou faire construire une maison d’école. La loi Grévy du 25 novembre 1881 établit l’enseignement public, gratuit, obligatoire et laïc.

Pour celui qui se promène dans le village, le nombre de bâtiments scolaires peut paraître surprenant. Ils sont au nombre de trois.

Au départ, la première école fut créée en 1852 par les sœurs de la croix de Groissiat Monestruel. En 1866, l’instituteur s’appelait monsieur Sermet.

Initialement, il n’y avait que deux écoles au village, toutes les deux situées le long de la rue marchande. En prenant la rue en venant de la place de la Mairie, la première sur la gauche était l’école des filles avec une classe au rez-de-chaussée et l’appartement de l’instituteur à l’étage. Par la suite, un bâtiment a été construit derrière l’école, en adossement. C’est l’actuelle école primaire. L’ancienne école a été transformée en logement par la mairie.

La seconde école était, toujours rue marchande, au-delà du croisement avec la rue du stade, à proximité de l’église. Bâtie sur un modèle similaire à celle des filles, elle accueillait la marie et l’école des garçons. C’est aujourd’hui l’école de musique et de danse de Diémoz.

Les écoles d’aujourd’hui

L’école étant mixte depuis 1969, il n’y a plus d’école des filles et d’école des garçons. La séparation se fait entre le cycle maternel et le cycle primaire. L’école primaire a été construite dans le bas du village, rue du stade, en face des hall des sports. Le bâtiment a fait l’objet de nombreux travaux de réaménagement de la part de la Mairie et abrite aussi la Bibliothèque Municipale, ce qui permet aux enfants scolarisés d’y accéder directement.

Le lundi 5 avril 1999, vers 23 heures 30, un voisin signale au centre de secours d’Heyrieux que l’école élémentaire est en feu. Pendant plus de 7 heures, les sapeurs pompiers (30 hommes) vont lutter contre les flammes. Le bilan sera lourd en matériel, quatre classes détruites et privées de toiture, les trois autres classes et la bibliothèque étant été préservées. Heureusement, il n’ y a eu aucune victime ni blessé. Malgré tout, l’émotion a été très vive dans le village et la directrice, madame Gonin, ainsi que tout le corps enseignant, ont fait de très gros efforts pour rendre la stabilité aux enfants.

A quelques mètres de l’école, les gendarmes ont découverts des objets dérobés dans l’école puis abandonnés en plein champ, indiquant une piste criminelle.

Le 25 avril au soir, une nouvelle alerte au feu est donnée. L’établissement est encore une fois visité et des cartons et divers papiers calcinés sont retrouvés à l’intérieur des locaux n’entraînant heureusement que peu de dommage. Enfin dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 mai, l’établissement est visité pour la troisième fois. Une des portes a été fracturées, le bureau de la directrice visité, un trousseau de clés dérobés et une nouvelle fois, des papiers ont été enflammés à l’intérieur des locaux sans provoquer de dégâts.

L’école a quand même pu reprendre le 26 avril, au retour des congés de Pâques, à l’aide de préfabriqués dans la cour. L’enquête de la gendarmerie n’a jamais rien donné.

Photos d’écoles

Ecole des filles en 1904


Ecole des filles en 1915

Ecole des filles en 1919

Ecole des filles en 1999 (ancienne école des filles)

Ecole des garçons en 1919

Classe de l'école des garçons en 1948

La même classe vue du professeur

L'école des garçons et la mairie (date inconnue)

L'école de musique en 1999 (ancienne école des garçons)

Publié dans Histoire Locale

Commenter cet article

neple 14/01/2008 08:46

L'ancienne ecole des filles se trouvant dans la rue marchande n'est désormais plus l'ecole primaire mais l'ecole maternelle

neple. lucien 28/01/2007 13:07

L'ecole de Diemoz était déjà mixte avant la seconde guerre , et on ne disait plus l'école de filles et l'école de garcons ,mais la petite et la grande école (nonobstant le fait que la grande était plus petite que l'autre car l'appellation tenait compte de l'age des élèves)

Sophie BOUDAREL 20/02/2007 15:09

Monsieur NEPLE me demande d'apporter les précisions suivantes :L'école libre a été fermée en 1905 lors de la séparation de l'eglise et de l'état ,elle accueillait les filles et les garçons , elle était située rue marchande, entre le salon de coiffure et la marchande de journaux , on voit toujours sur le portail d'entrée de petites croix.Merci M. NEPLE pour ces précisions.Cordialement,Sophie BOUDARLE

neple. lucien 28/01/2007 13:01

Il y avait déja un instituteur a Diémoz avant la révolution  ,voir les registres BMS .Il y avait avant la seconde guerre une école libre a Diemoz  rue marchande ,après la boulangerie en direction de la marchande de Journaux