Histoire des aliments

Publié le par Sophie BOUDAREL

A l'heure où notre société moderne a créé des mots tels "malbouffe", "fooding", "slow-food", nous découvrons ou re-découvrons la cuisine du terroir faite à base de produits simples et le plus possible "bio", et les livres de recettes de grand-mère se multiplient.

Mais que mangeaient nos ancêtres ?
Le nombre des repas variaient selon les saisons, 3 en hiver, 4 ou 5 l'été. Les aliments entrant dans l'alimentation étaient issus de la basse-cour, de la ferme et du potager (chou, fèves, cresson,...). Les menus étaient composés de pain d'orge ou de seigle trempés dans de la soupe et ils pouvaient être accompagnés de noix.


Ceci étant dit, que savons-nous de l'histoire de ces aliments ? Prenons par exemple le repas cité ci-dessus et commençons par la noix. Si, de nos jours, elle est un fruit commun, que l'on apprécie sous forme d'huile ou de gâteau, elle était considérée comme un trésor par nos ancêtres possédant un noyer. L'arbre leur fournissait un revenu (par la vente des fruits ou de l'huile de noix), les nourrissait, nourrissait le bétail (les feuilles constituaient le fourrage), etc.
Continuons par le cresson. Il pouvait être cueilli le long d'un ruisseau mais, s'il n'était pas cuit pouvait transmettre des bactéries et être vecteur de maladies telles la douve du foie. Il pouvait être aussi cultivé en cressonnière. Les premières apparurent dès le 13e siècle autour de Paris.
Terminons enfin par le pain. Le pain est pétri et cuit soit chez soi soit dans le four banal. Les pains étaient d'orge, de seigle et/ou de sarrasin et on peut dire qu'il existe autant de pains que de régions françaises.

Ceci concerne le commun des mortels, les plus fortunés se délectant, par exemple, d'un tournedos. "Tournedos", quel drôle de mot !
L’expression est née au 19ème siècle lorsqu’on modifia le service de table. On adopta le service à la russe et les convives ne se servaient plus eux-mêmes dans des plats dressés au milieu de la table  mais furent servis par des serviteurs.  Les plats de filet de boeuf découpé que l’on passaient derrière le dos des convives furent appelés des tournedos.

Toutes les informations citées dans cet article ainsi que la citation concernant le tournedos sont extraites du blog de Ségolène LEFEVRE, "Boire & Manger, quelle histoire !". Cette historienne de formation nous propose de découvrir l'histoire des aliments ainsi que quelques recettes régionales (le pounti auvergnat) ou historiques (la véritable recette Béchamel).
Que vous soyez amateur d'histoire, féru de cuisine ou simplement curieux de savoir d'où vient l'expression "porter un toast", ce blog répondra à vos attentes.



En ligne :
Le Slow-Food
Le Fooding

Illustration :
"Repas de paysans", Louis Le NAIN. Musée du Louvre.

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sᅵgolᅵne 02/06/2007 11:57

Je suis très contente que vous puissiez trouver une poire pour votre soif sur mon blog. Merci de me citer et à bientôt pour de nouvelles lectures.