Diémoz : le quartier de Saint-Pierre-de-Lepieu

Publié le par Sophie BOUDAREL



Saint Pierre de Lépieu n’est plus aujourd’hui qu’un lieu-dit en bordure de la commune. Il se situe sur la route qui va de Triévoz Gillet au haut de la vallée de Comberousse. Cette route suit le parcours de l’ancienne voie romaine puis grand route qui reliait Lyon à Grenoble.

Aujourd’hui, il ne reste de Saint Pierre de Lépieu qu’une ferme sur la gauche de la route en montant vers la vallée de Comberousse.


La route de Diémoz à Bonnefamille au premier plan

La ferme actuelle devant la route de Triévoz au haut de Comberousse


A l’époque Gallo romaine, ce fut pourtant un lieu très habité. Avec la fortification de la colline de Diémoz par les légions romaines, un village s’est construit, probablement dans la zone de Saint Pierre, certainement sous la forme d’une villa romaine (domaine agricole de l’époque). Plusieurs découvertes archéologiques dont des débris de tuiles puis d’autres vestiges pendant les travaux du TGV, ont été découverts à Saint Pierre de Lépieu.

Des traces de foyer néolithiques ont aussi été découverts pendant des travaux de terrassement, montrant que la zone était un ancien lieu de culte.

A l’époque carolingienne, il y avait la villa de Lipiacum (Villa Lipiaco au 9ème siècle) avec une église dédiée à Saint Pierre. Le nom de Saint Pierre de Lépieu doit venir d’une déformation du nom de cette villa. Comme à l’époque romaine, il faut entendre le terme de villa comme un grand domaine agricole.

Une référence à ce site est faite dans une annexe du cartulaire de Saint André le Bas à Vienne datée de 975, puis dans le cartulaire de l’abbaye de Bonnevaux au 12ème siècle, qui limitait la propriété des moines au nord par l’église de Saint Pierre.

La villa disparut au cours du moyen âge, seule l’église resta debout sous le titre de chapelle rurale jusqu’au 19ème siècle, où elle a été détruite et remplacée par une croix.





A suivre :  le quartier des Sétives.

Publié dans Histoire Locale

Commenter cet article