Diémoz : les Sétives

Publié le par Sophie BOUDAREL

Nous terminons aujourd'hui notre flânerie dans Diémoz par le quartier des Sétives.




Ce quartier est peu habité. En effet, en patois, Sétives signifie « coin pourri ». En fait, dans les environs, il existe deux lieux dits les Sétives, le premier est à la limite de Saint Quentin Fallavier et de Ponas. Le second est un quartier de Diémoz et correspond au parc de la maison pour tous avec l’étang. Il s’étend du chemin des Barbières aux Sétives au sud et à la rue des étangs au nord.

 

Les Sétives avant la construction des halls des sports et la réhabilitation de l’étang

Au moyen âge, ces étangs s’appelaient les Bessuès. Au fond de l’étang actuel, surgit le ruisseau souterrain du Bivet en provenance de Bonnefamille. Cette zone était depuis la nuit des temps, un marécage. En son milieu, une île se formait où la légende veut que les lépreux de la commune venaient y creuser leur tombe et y mourir. Lors des fortes pluies, l’eau s’étalait sur un hectare de terre et inondait les champs environnant. De cette zone, l’eau repart vers un ruisseau qui traverse le village le long de l’école et va disparaître vers la RN518, s’enfonçant à nouveau dans le sol. Il s’agit du ru du moulin.

Sous la révolution, à la suite du décret du 14 frimaire de l’an II, un projet a été de remblayer le marécage pour en faire des champs cultivables, mais le projet n’a pas marché.

Aujourd’hui, le marécage a été transformé en un plan d’eau artificiel, maintenu par une jetée et dominant le parc de la maison pour tous.***

Publié dans Histoire Locale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article