Notre Dame de Lestras

Publié le par Sophie BOUDAREL

Parmi les évènements qui ponctuaient le rythme de la vie locale, nous avons parlé entre autres des foires, du train ou des cafés. Il ne faut pas oublier d'y ajouter les évènements religieux.
Qui n'a pas en tête le célèbre tableau de Jean-François MILLET, L'Angélus, où l'on voit deux paysans, en plein travail des champs, poser leurs outils et prier au son de l'angélus ?

NOTRE DE DAME DE LESTRAS

Un sanctuaire gallo romain

Notre-Dame de Lestras (avant les travaux du TGV)

La première mention de Notre Dame de Lestras ou Lestra, ou encore Lestrat date de 1281 sous le nom de « Sainte Marie de Strata ». Ce nom vient du fait que cet emplacement longeait la voie romaine, d’où Strata (Strada) pour route pavée.

Elle remplaça, semble-t-il, un sanctuaire antique, un sacellus, qui jalonnait les routes à l’époque romaine. Les fouilles réalisées lors de la construction du TGV, à l’est de l’abside de la chapelle, ont mis à jour les restes d’une installation gallo-romaine (négatifs de murs et sols en gravier tassé) très perturbée par l’installation de tombes médiévales datant du 14ème siècle, c'est-à-dire après sa construction initiale. Ces fouilles ont mis aussi à jour une profonde fosse constituant une sorte de cachette où étaient déposés un important fragment de colonne gallo-romaine et un autel de pierre sculpté d’un personnage féminin voilé, traité en bas relief.

La première chapelle

Il semble, sans certitude, qu’elle fut construite par Icem (Pierre ?) de Diémoz, neveu de Guillaume d’Oncieu, seigneur de Diémoz et fils de Jean de Diémoz et d’Alix de Septème. Elle fut la chapelle des seigneurs de Diémoz avant la construction de l’église actuelle de la commune.

Près de l’église, il semblait exister au début du premier millénaire, un hameau appelée Strata ou castellum de Lestras (voir Diémoz entre dans l’histoire).

C’était alors une paroisse qui dépendait du prieuré de Saint Oblas, qui administrait aussi les paroisses de Saint Pierre de Saint Oblas et de Saint Just.

La chapelle actuelle

Notre-Dame de Lestras (1998)

La chapelle fut reconstruite au temps de Loyse d’Arces au milieu du 16ème siècle, puis restaurée au 17ème siècle. La façade a été refaite en 1772, époque où le clocher fut démoli.

Elle reste actuellement très belle et solitaire depuis sa réfection, lors des travaux du TGV en 1990. Les fouilles ont montré qu’à l’époque, la chapelle était entourée d’un fossé profond qui déterminait un enclos quadrangulaire

Autrefois, comme le montre les tombes médiévales retrouvées, un petit cimetière s’étendait tout au tour. Il a laissé la place à un petit parc ombragé.

En 1355, ce fief féodal appartenait à Pierre de Maleval, qui dépendait d’une branche chevaleresque de Diémoz, sous Guillaume d’Oncieu. Il rendit hommage de la maison forte de Lestras avec les fossés, les alentours et les dépendances. Cette maison appartint ensuite à la famille Pascal, mais ce castellum eut le même sort que tous les fortins de Diémoz, il fut ruiné de fond en comble par un des seigneurs du lieu (voir Diémoz entre dans l’histoire).

La construction est sobre et les lignes très pures. Dans la chapelle, on voit encore aux clés de voûte, le blason familial des seigneurs d’Oncieu. Cette chapelle fut très fréquentée. D’ailleurs l’influence des pèlerins venant à Notre Dame de Lestras au mois de mars avait donné naissance à la foire du 25 mars qui se déroulait initialement autour de la chapelle.

                Fronton de la porte d'entrée                                                     Croix de la saisie du toit


Façade côté sud de la nef

Notre-Dame de Lestras en 1908

Notre-Dame de Lestras (date inconnue)

Notre-Dame de Lestras (date inconnue)





Publié dans Histoire Locale

Commenter cet article